Ah! Cannes, y a de quoi rêver!

Le Festival de Cannes 2019 est lancé et on peut déjà saliver à l’idée de voir les nombreuses productions qui y sont présentées en primeur et qui prendront l’affiche ici dans les prochains mois. La compétition, de l’avis général, est très relevée cette année.

Matthias et Maxime de Xavier Dolan.

Évidemment, il y a les titres québécois comme Matthias et Maxime de Xavier Dolan, La Femme de mon frère de Monia Chokri (en salle au début du mois de juin) et It Must Be Heaven d’Elia Suleiman (en coproduction) qui se retrouveront bien sûr au Clap. Il y aussi le film d’ouverture, la comédie d’horreur de Jim Jarmusch, The Dead Don’t Die, qui sera à l’affiche ici à la mi-juin ou encore le Tarantino prévu à la fin du mois de juillet. On sait également qu’Alice et le maire avec Fabrice Luchini et Hors normes avec Vincent Cassel, film réalisé par le tandem derrière Intouchables, seront distribués sur notre territoire.

Nous pouvons avec confiance prévoir la sortie au Québec de Douleur et gloire, le nouveau Pedro Almodóvar, de Frankie avec Isabelle Huppert, de A Hidden Life de Terrence Malick, du Daim avec Jean Dujardin, du Jeune Ahmed des frères Dardenne et The Lighthouse, film d’horreur en noir et blanc avec Willem Dafoe et Robert Pattinson en marins aux mines patibulaires,

Mais, là où nous vivons d’espoir, c’est pour la seconde partie de la comédie musicale sur Jeanne d’Arc de Bruno Dumont,  le deuxième volet de Mektoub, my Love de Kechiche et pour le Claude Lelouch revisitant 50 ans plus tard Un homme et une femme avec Les Plus Belles Années d’une vie. Leurs sorties ne seront pas systématiques au Québec puisque les films précédents de ces cinéastes n’ont même pas été présentés dans nos cinémas.

Sur une note plus positive, on surveillera attentivement les œuvres qui causeront la surprise surtout dans les sections parallèles de la compétition (Un certain regard, la Semaine de la critique, la Quinzaine des réalisateurs) et qui seront achetées par nos distributeurs à l’affût de nouveaux talents. Ces films nous donneront un bel aperçu du 7e art mondial actuel et de la couleur que prendra 2019 d’un point de vue cinématographique.

Brad Pitt et Leonardo DiCaprio dans Once Upon a Time in Hollywood de Quentin Tarantino.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *